Une clôture en bois traitée en autoclave: allier robustesse et esthétique

Une clôture en bois traitée en autoclave: allier robustesse et esthétique Une clôture en bois traitée en autoclave: allier robustesse et esthétique Une clôture en bois traitée en autoclave: allier robustesse et esthétique Une clôture en bois traitée en autoclave: allier robustesse et esthétique Une clôture en bois traitée en autoclave: allier robustesse et esthétique Une clôture en bois traitée en autoclave: allier robustesse et esthétique Une clôture en bois traitée en autoclave: allier robustesse et esthétique Une clôture en bois traitée en autoclave: allier robustesse et esthétique

Les clôtures en bois autoclave convainquent par leur longévité exceptionnelle. Elles sont protégées durablement contre les agressions biologiques, notamment les insectes et les champignons. Selon le traitement appliqué, la durée de vie de ces clôtures peut aller jusqu’à 20 ans.

Pourquoi une clôture en bois autoclave ?

Le bois nécessite une protection. C’est spécialement le cas lorsqu’il est constamment exposé aux intempéries ou en contact permanent avec le sol, voire avec l’eau ou le gel. Les essences locales, telles que l’épicéa, sont particulièrement sujettes aux agressions biologiques et sensibles aux conditions météorologiques. Le traitement d’une clôture en autoclave permet donc de la protéger durablement.

Chaque bois se compose d’une partie dure et d’une partie d’aubier, beaucoup plus tendre. C’est cette dernière que l’on peut imprégner. La part d’aubier varie en fonction de l’essence. C’est pourquoi certaines s’imprègnent plus en profondeur que d’autres.

Le traitement en autoclave : qu’est-ce que c’est ?

La structure du bois peut être comparée à une éponge. Il est composé de cellules, à savoir des cavités et des parois. En imprégnant le bois, on traite la paroi avec un produit de protection empêchant les champignons et les insectes destructeurs de faire leur œuvre.

Contrairement au trempage, le recours à l’autoclave permet d’agir en profondeur en traitant le bois sous vide et sous pression. Pour une imprégnation au sel, le bois est placé à l’intérieur de la machine, qui crée un vide d’air. Cela permet d’extraire l’humidité superficielle du bois et d’ouvrir ses pores, à l’image d’une éponge écrasée dans une main. Le produit de traitement est ensuite injecté dans l’autoclave et la mise sous pression débute. Le produit pénètre ainsi l’aubier sous haute pression. Le bois reprend alors sa forme initiale, comme une éponge que l’on relâcherait. Une dernière phase de sous-vide permet finalement d’éviter les taches en surface, d’entamer le séchage et d’évacuer le surplus de produit.

Pour un traitement à la créosote, la cuve et le bois sont d’abord chauffés afin de préparer le bois à la température et d’ouvrir ses pores. Le produit est ensuite inséré dans la cuve et une pré-pression est appliquée. L’objectif est d’habituer le bois au produit. La cuve est alors mise sous pression et le produit pénètre les fibres du bois. À la fin de cette phase de pression, on réalise un nouveau sous-vide pour évacuer la créosote superflue et s’assurer que les bois ne soient pas « gras » en sortant de l’autoclave. Une fois le traitement terminé, l’excédent de créosote est pompé de l’autoclave vers le réservoir et le bois peut s’égoutter.

Après une période de fixation de 24 heures, le bois est durablement protégé contre les insectes, les champignons et la putréfaction, même lorsqu’il est en contact constant avec le sol ou l’eau.

Comment améliorer l’efficacité du traitement en autoclave ?

Tous les traitements au sel en autoclave ne sont pas équivalents. Différents facteurs influencent directement la qualité et l’efficacité du traitement :

  • La concentration du produit d’imprégnation : la concentration du produit doit correspondre à celle recommandée par le fabricant. Une concentration inférieure de quelques dixièmes de pour cent peut significativement nuire à l’efficacité du traitement et, par conséquent, diminuer fortement la longévité du bois.
  • La durée du traitement : un traitement trop rapide ne permet pas au produit de pénétrer profondément, ce qui affecte également la longévité du bois.
  • Le séchage des bois : lorsque le bois est sec, la créosote s’accroche mieux aux parois des cellules qui composent le bois. Le séchage augmente donc significativement l’efficacité du traitement.

Certaines entreprises disposent d’un ATG, un agrément technique. Peter Müller dispose d’un tel agrément pour l’imprégnation au sel. Celui-ci confirme que le bois est imprégné dans les règles de l’art et que l’entreprise respecte les consignes d’utilisation des organismes de contrôle, tels que Wood.be et SECO. L’entreprise Peter Müller possède un ATG pour l’imprégnation au sel.

Quels sont les traitements possibles ?

  • Le sel est la solution idéale lorsque les utilisateurs entrent régulièrement en contact avec le bois, par exemple des rings de présentation ou des paddocks. Ce traitement se caractérise par une coloration vert pâle du bois traité. Exempt de chrome, le produit ne nuit pas à l’environnement.
  • Le sel couleur s’obtient en ajoutant des pigments à la solution saline. Ceux-ci confèrent une teinte brune au bois traité. Ce traitement présente les mêmes avantages qu’une imprégnation classique au sel.
  • La créosote permet de protéger le bois plus durablement que le sel ou le sel couleur. Cependant, il est recommandé d’éviter le contact direct avec la peau. De nos jours, les entreprises telles que Peter Müller utilisent la créosote de type C, moins odorante et plus écologique que les autres types de créosote.
  • L’imprégnation partielle par trempage permet de traiter la partie la plus sensible d’un piquet, son pied, à la créosote. Le reste du piquet demeure vierge ou est traité au sel (couleur ou non). Cette protection supplémentaire augmente considérablement la durée de vie du poteau.

Faites confiance à Peter Müller, spécialiste des clôtures en bois autoclave en Belgique

L’entreprise Peter Müller est le spécialiste des clôtures en bois en Belgique. Elle possède son propre équipement d’imprégnation. Indépendante de fournisseurs externes, elle offre des délais courts et une flexibilité accrue.

Ses clôtures équestres DURAfence sont réalisées sur mesure, selon les besoins spécifiques de chaque client. Elles sont produites à la demande en Belgique. Le montage est effectué par une équipe d’ouvriers qualifiés. Parfaitement ajustées, elles résistent ainsi aux temps et satisfont aux exigences les plus élevées.